ACTUALITÉS

Un Data-Warehouse est classiquement alimenté par des échanges informatisés entre deux systèmes.

Ces échanges sont définis en amont dans la phase appelée « Collecte de données ».

Si nous prenons l’exemple des flux de données, c’est dans cette phase que nous définissons pour chaque flux :

  • la liste des tables ou fichiers à récupérer
  • Le mode d’échanges : « Annule et remplace » ou « incrémental »
  • Le protocole d’échange
  • Les informations techniques de la source
  • Les informations techniques de la cible
  • La fréquence d’échanges
  • La nomenclature appliquée
  • Etc…

Pour des flux pérennes, il est normal voire rassurant d’avoir à spécifier ces éléments.

Cependant, au fur et à mesure des projets, nous nous sommes rendu compte que certaines informations, sont soit de très faible volumétrie, soit absentes des systèmes d’informations, soit impossibles à déduire informatiquement.

Exemples :

Je souhaite avoir une vision en dollars, avec le taux de conversion du jour.

Je souhaite gérer une liste d’adresses mails pour envoi de rapports.

Je souhaite suivre les ventes d’une sélection de 10 items de mon portefeuille des articles en fonction du calendrier.

Je souhaite exclure de mon reporting de KPI des dates pour cause d’évènement majeur météorologique (épisode de neige, tempête, etc…)

Etc…

Pour ce genre de cas, il faudrait créer un fichier avec les éléments que nous souhaitons introduire, et faire un import avec toutes les difficultés que cela implique : Ai-je pris le bon format ?  Quel est l’encodage ? Vais-je écraser des données déjà présentes dans la base ?

L’idée d’offrir des formulaires paramétrables de saisie nous est donc apparue comme une évidence.

Onyx offre donc la possibilité de créer des écrans, pour chacun d’eux, de gérer les droits d’accès, et de contrôler les données saisies. Les données ainsi introduites feront partie intégrante du Date-Warehouse et seront donc prises en considération dès la conception du reporting.

C’est LA fonctionnalité qu’il manquait aux Data-Warehouses.

Sur les dernières versions d’Onyx, l’utilisation de la saisie de données a évolué, de sorte que sur un rapport généré, nous pouvons prévoir une zone de saisie pour commenter une ligne, pour la désactiver, pour la valider, etc…

Par exemple, en Marketing, dans le cas d’une analyse d’une enquête de satisfaction, nous pourrons exclure les avis manifestement hors sujet.

La mise en place d’un Master Data Mangement (MDM) est une autre application possible : lorsque deux systèmes gèrent une base de clients, nous pouvons créer un rapport qui servira de juge de paix

Pour un client donné, l’information la plus pertinente sera celle du système A, pour un autre, celle du système B.

La validation de la donnée se fait alors directement par l’utilisateur final sur un écran de comparaison, nous pouvons en profiter pour aboutir à la création des « golden records ».

Le fait de donner la possibilité à l’utilisateur d’interagir avec sa donnée, ouvre le champ des possibles : il y a une infinité d’applications à imaginer.

A vos formulaires !